flèche retour hairscan

Comment éviter les chutes saisonnières ?

chutes saisonnières

24 septembre 2021

Finis l’été, les bains de soleil, les pieds dans le sable, les apéros au bord de la piscine..

Le mois de septembre sonne le glas des vacances d’été.

Et bien que la rentrée puisse être synonyme de recommencement et de réjouissance, elle peut également rimer avec la perte de cheveux.

Mais alors quel est le lien entre changement capillaire et rentrée ?

Nous vous expliquons tout ceci dans cet article.

Un phénomène de chute dit « saisonnière »

Tout d’abord, l’observation de chutes plus abondantes dans votre douche ou lors du passage d’un peigne à partir de septembre – octobre peut s’explique par différents facteurs biologiques et environnementaux. 

Nous parlons alors chutes dites “saisonnières”.

Pour bien comprendre ce phénomène, il est important de rappeler le cycle capillaire (vous pouvez un article plus détaillé vie ce lien). En effet, les cheveux répondent à un cycle de vie bien précis composé de trois étapes:

1. la phase anagène – phase de croissance.

2. la phase catagène – phase de stabilisation

3. la phase télogène -  phase de chute du cheveu

 Tout comme les saisons, ces cycles se succèdent tout au long de l’année. 

Tandis qu’en été, la douceur de températures, l’exposition fréquente au soleil et les rythmes de travail plus légers provoquent une production importante de cheveux, l’automne met fin a ce cycle . Baisse des températures, diminution de l’exposition à la lumière, pollution des espaces urbains, rythmes de travail accrus... Un tel changement de rythme entraîne des chutes qui peuvent paraître particulièrement importantes, notamment en comparaison avec l’accumulation capillaire estivale.  

 

Une charge de stresse qui aggrave ce phénomène

Sous l’effet du stress, qui peut être important lors de la période de la rentrée, le corps va libérer un certain nombre d’hormones (cortisol, adrénaline, androgènes, …) et des radicaux libres pour s’armer et se défendre.

Le problème est que les follicules pileux résistent mal à ce dérèglement.

On parle alors d’un « effluvium télogène », c’est-à-dire d’une perturbation du cycle de vie naturel du cheveu.

Sous l’effet du stress, ce cycle de vie du cheveu peut être perturbé. Les cheveux passent alors beaucoup plus vite à la phase de repos ou de chute. Ils sont affaiblis et tombent.

 

QUE FAIRE ?

Tout d’abord, rassurez-vous, cette perte de cheveux saisonnière n’a habituellement pas de répercussions à long terme. En effet, l’effluvium télogène ne cause pas de calvitie ou de perte de cheveux définitive. Inutile donc d’angoisser outre mesure ! Cependant, si jamais ces chutes excessives se prolongent au-delà de plusieurs mois, n’hésitez pas à consulter votre médecin.

 

Mais que faire donc pour éviter ces chutes passagères? Et bien pour limiter l’impact du changement de saison, les dermatologues sont nombreux à conseiller des cures de compléments alimentaires

Dopés par certaines vitamines et minéraux, nos cheveux résisteront mieux aux déséquilibres propres à la rentrée.

Comme d’habitude, nous ne vous répéterons jamais assez combien les massages du cuir chevelu sont bons afin de réactiver la circulation sanguine et stimuler la production capillaire.

Mais ce qui compte surtout, c’est que cette chute ne soit pas source d’angoisse. Comme les feuilles qui tombent ou les jours qui raccourcissent, nos cheveux suivent un certain cycle dont il ne faut pas s’inquiéter. L’été reviendra !

 chute perte cheveu cheveux traitement efficace soin

Afin de découvrir quels soins conviennent le mieux à vos cheveux, effectuez dès maintenant votre diagnostic capillaire complet sur veuch.co !

Hairscan™

Qu'avez-vous remarqué à propos de vos cheveux ?

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Tous les articles

1

Retrouver mes soins